jouer de la scie

jouer de la scie

 

 

Pour mieux jouer de la scie ,voila quelques conseils.

Jouer de la scie : vous êtes débutant: je reconnais que la première heure est laborieuse: les genoux bougent, la main gauche fait n’importe quoi, la flexion et l’effort du poignet doivent être contrôlés , dés qu’on obtient une note claire on veut d’autres notes alors qu’une note claire doit être répétée.J’ai mis une bonne heure , il y a 20 ans,  pour monter une gamme boiteuse.
Et  vous voulez mieux jouer de la scie. Vous avez surmonté les quelques grincements du début, votre gamme montante est correcte et » god save the queen « est bientôt juste . Vous attaquez  » o sole mio » et c’est là qu’est la satisfaction ; en effet o sole mio est une mélodie rêvée pour la scie: aigus puissants, émotion, expression de la passion, des demi tons sensuels, qu’on peut exagérer à plaisir , des vibratos  bienvenus, différentes façons de bien s’exprimer sur cet air bien connu, sourire  des auditeurs qui reprennent en chœur .
Le but quand on est « débrouillé » c’est de trouver pile la note parfaite . Quelques centimètres à coté et la note est fausse , ou un ton au dessus ou au dessous ou un demi ton à coté et tout est faux . Rassurez vous : les plus grands ne réussissent  pas à faire des morceaux parfaits: on perçoit  à un certain moment un quart de note ou même une demie note d’erreur et on est déçu et aussi rassuré : d’autres et même les plus grands peuvent progresser .
Trouver d’instinct la note juste demande une grande attention et même de la concentration. Par exemple si par réflexe vous bougez la jambe pour un meilleur confort en cours de jeu ,la flexion de la scie sera modifiée et le son modifié. Donc ne pas bouger la jambe ou la cuisse, même par réflexe .
Deuxième difficulté: éviter les grincements parasites sur l’archet quand la lame vibre on entend » ziiing » : ces grincements ,vous ne les entendez pas vous même parce que vous êtes tout à  l’effort de trouver la note,  mais essayez de vous enregistrer et vous les entendrez. Il y a 2 solutions pour éviter les grincements : faire la note et écarter l’archet immédiatement .Et surtout jouer « léger » ,sans appuyer l’archet trop fortement . Quand on repose l’archet sur la scie, pour continuer le morceau, le faire fermement et non dans un geste hésitant . Enfin j’ai remarqué que mon archet ,usé ,a perdu la moitié de ses crins ,il fonctionne aussi bien et crée moins de grincements …
Troisième difficulté: l’utilisation du soutien de la note : partant d’une note grave la scie soutient la note vers l’aigu : oui .Mais avec une perte de puissance. Et si vous avez besoin d’une note aiguë puissante , il faudra partir d’une note grave puissante, ce qui n’est pas toujours facile. Il faut parfois rajouter un coup d’archet dans le grave pour obtenir un aigu sonore ; ce qui peut altérer le rythme .
Quatrième difficulté: les aigus extrêmes sont difficiles : on est à bout de bras, le son  est faible, un peu métallique et on veut vite s’en sortir. Et la même chose dans les extrêmes graves : parfois le son se perd, il faut relancer la vibration et revenant vers le médium . . Bref de la patience, et ce sera beau, et on vous en redemandera..

scie 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *