fabriquer scie musicale

fabriquer scie musicale

fabriquer scie musicale : commencer par sa conception .

 

Fabriquer scie musicale est un compromis. C’est un compromis entre plusieurs données. Sachant que l’essentiel est dans le choix de l’acier qui doit être sonore .Il y a des vendeurs grossistes de métaux en tous genres : ils ont un catalogue avec des références européennes. Si on demande :  je cherche de l’acier pour fabriquer une scie musicale,on plonge l’interlocuteur dans la stupéfaction . Ils vendent des références , ou des aciers pour fabriquer des couteaux,ou des casseroles, ou des tôles de toitures ou des carrosseries de voiture. Pour chaque usage  il y a une ou des références européennes qui conviennent , mais pour la scie musicale, pas de référence connue..alors il faut faire des essais…
  Il est possible de connaitre la composition chimique de l’acier au moyen d’un spectromètre . On verra  combien il y a de carbone ,de magnésium, de nickel ou d’autres matériaux….. . Ce qu’on ne sait pas c’est le détail des traitements de laminage :  détails des températures et durées de la trempe et du revenu. On ne peut donc copier un acier sonore  dans ses traitements . Ce d’autant plus que les usines de laminage conservent leurs secrets ou  leurs procédés . A ma connaissance il n’est donc pas possible de faire une copie parfaite d’un acier . Ou bien si on arrive a connaitre la composition et les traitements d’une scie référence , un laminoir vous demandera une quantité minimale de 500 Kg ce qui est impensable pour cette modeste industrie.
J’ai téléphoné a un fabriquant d’accordéons, imaginant que les fines lames qu’il emploie doivent être sonores et qu’une information pouvait m’être utile . Il m’a opposé la confidentialité.
On est donc réduit a trouver un acier chez un grossiste revendeur, au hasard,  après des essais et s’en tenir à l’acier le plus satisfaisant ..
Quant à la conception : une lame large en base : zone des basses . Zone étroite : zone aiguë qui ne doit pas donner un son trop métallique.Longueur :il faut trouver le meilleur rapport largeur en base largeur au sommet sur longueur de la scie . Une scie longue fait parcourir au bras plus de distance qu’une scie courte . Une scie longue fatigue le bras inutilement et forme un ressort plus difficile a contrôler donc on risque la fausse note .
Épaisseur métal  : elle varie entre 0.8 et 1 mm. Sachant que 0.8 est souple sous le poignet donc pas fatigant , mais a l’inconvénient de devoir bien maitriser le geste. La découpe doit être faite dans le sens du laminage: c’est le point majeur dans le brevet Keller de 1936 dont j’ai un exemplaire .
Scie soprano, ténor , basse. Il est possible de fabriquer des scies étroites moyennes ou larges donnant ainsi des sons différents . A mon avis cela n’est guère utile. Un  violon est un violon et n’est ni un alto ni un violoncelle.
La poignée. Elle doit être exactement fixée,c’est a dire que le trait de scie dans lequel vous introduisez la lame doit être de .0.8 ou 0.9 ou 1 mm très précisément .Si le trait de scie est trop large il se produit des vibrations parasites .Keller avait bien remarqué ce problème et en a parlé dans son brevet . On peut imaginer toutes sorte de poignées.La plupart sont vernies elles glissent entre les cuisses .
Les dents : elles ne jouent aucun rôle sonore sinon un rôle visuel qui rappelle la scie  du bucheron .Et elles déchirent le pantalon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *